Indonésie nous voici

Déguster un crabe sauce indonésienne sur une terrasse de Bornéo, donnant sur le détroit de Makassar entre la mer des Célèbes et la mer de Java, rafraîchis par une fine pluie tropicale à quelques kilomètres de l’équateur, voici

la récompense des deux jours de voyages nous séparant de Dubaï.

Les deux vols se sont bien passés. On a retrouvé presqu’avec plaisir la jungle des taxis dans un grand aéroport. 

Version lonely planet : A Jakarta les taxis ont tous un taximètre, la traversée de la ville coûte entre 60’000 et 100’000 roupies. 

Distance de l’aéroport à notre hôtel, environ un cinquième de la traversée de la ville.

Version réelle : aucun taxi acceptant de travailler autrement qu’en forfait et pas à moins de 150’000 roupies. A 23:00 une douce impression de se faire arnaquer avec consentement, motivé par l’attrait d’un bon lit.

Retour à l’aéroport aujourd’hui, avec une taxi taximètre – par hasard de la compagnie recommandée par le lonely – et au final 150’000 roupies plus 19’000 de taxe de péages!

Bref content de pas s’être fait avoir et on note que les prix du lonely ont quelques pour-cent de retard.

Entre temps les hommes de la famille ont mis le réveil à trois heures du matin pour voir la finale brésilienne sur un ecran extérieur près de la piscine de l’hôtel. Ambiance assez étrange!

Ambiance toute autre en arrivant à Balikpapan, capitale du Kalimatan, partie est du Bornéo indonésien (le nord de l’île appartenant à la Malaisie et au Brunei): nous sommes les seuls étrangers du vol, l’aéroport est grand, spacieux, propre, tout roule, et on passe à un guichet taxi à pré-payement. Parfait!

Après une promenade le long de l’artère commerçante qui sent si bon l’Asie, nous trouvons des restaurants de bord de mer d’où il fait bon voir l’orage arriver depuis la mer, sous un toit qui nous permet de finir le repas au sec. 

S’il existe encore des endroits au monde en dehors d’Internet, on espère que ceux que nous visitons les prochains jours nous empêche de vous donner des nouvelles pour au moins huit jours! Nous allons par fleuves, lacs et rivières, puis voiture jusqu’à Berau (Kalimarau) plus au nord.

Merci de laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de prouver que votre humanité ;-) *

Loading Facebook Comments ...
Loading Disqus Comments ...