Premier soleil et premier tour de l’Aussenalster

J’entends encore le chauffeur de taxi m’amenant au travail depuis l’aéroport lors de mon premier passage en décembre 2012 : « A Hamburg, il ne neige que un ou deux jours par année, et pas chaque année. »

Six mois plus tard, je vois Hambourg pour la presque première fois sans neige! Le temps au nord a été aussi ingrat dans les derniers mois qu’il le fut en Suisse et ici comme là-bas, le mot d’ordre est au raz-le-bol.

Mon hotel pour ce passage se situant à l’est de l’Aussenalster, tout proche de celle-ci. L’occasion révée de faire un petit jogging autour.

 L’avantage de courir autour d’un lac est qu’un fois de l’autre côté, pas question de faire demi-tour, quitte a rentrer, autant finir le tour prévu.

Est-ce le beau temps qui pousse tout le monde à sortir? les prochaines visites nous le diront, mais je n’ai JAMAIS vu autant de monde faire du jogging en même temps. Le tour du lac n’ayant pas de sens officiel, les deux sens sont autant pris d’assault et il devient presque dangereux de ne pas rester concentré quelques secondes. Mais – à part pour un kilomètre situé entre le pont Kennedy et le Mundsburger Dam – c’est un parcours parfait autour du lac.

En prenant le sens inverse des aiguilles d’une montre (reflex de géométrie ou de chibre), le parcours est presque toujours proche de l’eau.

  • La partie nord emprunte de joli pont dans des quartiers aux maisons magnifiques quoique bourgeoises à souhait.
  • La partie ouest est un grand parc de verdure qui mène jusqu’au consulat des Etats-Unis… d’ailleurs pourquoi le drapeau est en berne aujourd’hui?
  • On retrouve la circulation en traversant le pont Kennedy, mais on en profite pour faire la course avec un ICE allemand… entrant en gare au ralenti sur le pont parallèle je l’admets
  • Puis vient la remontée ou le traffic s’eloigne gentiment pour laisser le calme se retrouver dans la grande remontée vers le nord.

De ce tour, on peut apprendre quelques petits trucs.

Un terrain plat rend modeste, la seule raison pour laquelle la vitesse moyenne baisse…. c’est moi et pas quelques faux prétextes relatifs ou terrain boueu ou pentu sur les derniers hectomètres.

Les allemands courent! je me répète, mais la foule en déplacement me rappelerai presque la nouvelle de Buzzati dans laquelle un pays fui dans la direction inverse du train du narrateur. Je l’admets le fait de courir en boucle rassure 😉

C’est sympa de croiser les gens deux fois et d’essayer d’estimer s’ils ont fait plus ou moins  que la moitié depuis le dernier croisement.

Et pour finir, je peux rassurer ma fille, oui, il y a bien des dizaines de voiliers qui naviguent, cela ne devrait pas être un problème de lui trouver un cours!

Si vous voulez vous lancer dans ce parcours, vous pouvez aussi en prendre la version geek en vous équipant d’un chip qui vous chronomètre à des points de passage automatiquement tout au long de l’année. Le système est décrit par exemple ici.

Merci de laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de prouver que votre humanité ;-) *

Loading Facebook Comments ...
Loading Disqus Comments ...